Sunday, February 25, 2007

Un pan peu connu des pratiques magiques






La transmission des Kaguypa et l’initiation de Kalachakra se sont développées dans l’école des Gelugpa, les « vertueux », fondée par Tsongkapa.


La réforme de Tsongkapa s’opposait aux dérives du clergé corrompu adepte des pratiques aberrantes de la magie sexuelle et du meurtre rituel.


Edward CONZE, spécialiste incontesté du bouddhisme, écrit : « On ne s’attend pas, en fait, à ce que les adeptes d’une religion revendiquent comme une sorte de devoir sacré, par exemple, « le commerce sexuel quotidien dans des endroits écartés avec des filles âgées de douze ans, de la caste candâla ». Le Guhyasamâjatantra, l’une des plus ancienne, et aussi des plus sacrées, parmi les Ecritures du Tantra de la Main-gauche, enseigne, semble-t-il, exactement le contraire de ce que soutenait l’ascétisme bouddhique. Il nous dit que nous atteindrons facilement la bouddhéité si « nous cultivons tous les plaisirs des sens, autant que nous pouvons le désirer ». Les rigueurs et les austérités échouent, alors que la satisfaction de tous les désirs » réussit. Ce sont justement les actes les plus immoraux, les plus frappés de tabou qui paraissent avoir particulièrement fasciné les adeptes de cette doctrine. »


Les recherches de Robert SAILLET nous permettent de mieux connaître cet aspect ténébreux du Vajrayana. « Un maître, écrit SAILLET, d’origine cachemirienne, Guhyaprajna, dit Marpo, « le Rouge », vint au Tibet occidental. Il semble que son enseignement sur les tantra ait été teinté de Shivaïsme. On lui reproche, ainsi qu’à des maîtres du même genre, d’avoir répandu que le yoga consistait dans l’union sexuelle avec des femmes et que pour accéder à la délivrance, il fallait mettre à mort des êtres vivants. De pareilles conceptions furent en tout cas mises en application par un groupe de « moines-brigands », qui enlevaient des femmes et des hommes pour les sacrifier au cours de cérémonies tantriques (ganachakra puja : le rite de l’orgie collective).


Le journaliste Philippe RONCE, lui-même adepte du bouddhisme depuis près de trente ans, est bien obligé d’admettre la survivance de pratiques liées à la démonologie. Le culte d’une entité, Dorje Shougdän, oppose actuellement deux factions de l’ordre Gelugpa et serait à l’origine de meurtres rituels. Selon Philippe RONCE, « Pour les uns, Dorje Shougdän est un protecteur mondain, en clair : pas un bouddha mais un démon servant une cause sectaire, ce qui soulève un pan peu connu des pratiques magiques qui ont subsisté dans le bouddhisme tibétain. Pour d’autres, les protecteurs ont quasi toujours été des entités néfastes subjuguées par de grands réalisés comme Padmasambhava et transformées en protecteurs des pratiquants et du Dharma (chaque école du bouddhisme ayant les siens). »


L’engouement des néo-spiritualistes occidentaux pour les éléments les plus troubles du lamaïsme déraciné (le spiritisme, la magie, la démonologie…) participe à une contre-tradition dénoncée par René GUENON dans son livre "Le règne de la quantité et les signes des temps".

No comments: